Retour accueil - Editions L'Harmattan


Articles et contributions de l'auteur

Portrait d'écrivain - Simona Ferrante - "Sânzienele ou les Fées de l'Amour"

Les sept contes qui composent mon livre retracent des
mythes et des légendes qui ont émerveillé ma jeunesse. J'ai
toujours été fascinée par la mythologie et par les traditions
populaires qui ont pour moi une part de magie. Le folklore est le
berceau de toutes les grandes œuvres artistiques d'un peuple. Il
reflète son esprit le plus profond. On y trouve ce qui définit son âme et sa sagesse. Les mythes sont la quintessence de cette fontaine vivante de sentiments primordiaux.
Dans certains de mes sept contes, tel Le Monastère d'Argeş ou Flocon de neige, j'ai suivi assez fidèlement les pas des ballades populaires. Dans d'autres, comme le conte Sînzienele ou les Fées de l'amour, je mets en scène quelques-unes des plus belles traditions
roumaines, de manière tout à fait personnelle.
Chacun de mes contes résonne en moi très profondément.
Le Monastère d'Argeş raconte le mythe du sacrifice pour la création : pour achever son chef d'œuvre l'artiste doit sacrifier une part de lui-même, quelque chose auquel il tient.
L'histoire de Manole et d'Ana est violente mais tellement vraie ! Notre vie entière est remplie de sacrifices que nous faisons à tout moment. À la naissance nous sacrifions le cocon rassurant du ventre maternel pour un monde effrayant et assourdissant. Mais en
grandissant, dans le bonheur de l'enfance, nous découvrons le plaisir d'y vivre.
Adolescents, nous râlons contre les adultes, routiniers, obtuses, matérialistes. Mais nous sacrifions cet âge merveilleux et rêveur de nos 18 ans pour rentrer dans le monde des adultes. Et ensuite ce que nous découvrons- la passion, l'amour, l'épanouissement, la
création artistique - nous emporte et nous gagnent. Chaque fois que nous faisons un choix, nous sacrifions quelque chose. Dans la douleur d'un renoncement ou dans la joie de l'accomplissement d'un rêve il y a un sacrifice. Nous sommes Manole et quelque part, tapie en nous-mêmes, il y a Ana.
Flocon de neige, inspiré de la ballade populaire "Mioriţa" (La Brebie), se construit sur le mythe de la transhumance et celui de la mort. On n'aime pas penser à la mort. On n'admet pas que cela peut nous arriver. Oui, aux autres, pas à nous-mêmes. Mais comment ce
berger peut-il être si calme, si doux, si paisible dans un moment pareil ? Quel est son secret ? Quel est ce sentiment étrange qui anime le berger à l'annonce de sa mort future?
J'ai regardé avec ses yeux et j'ai été envahie par ses sentiments. J'ai vu la nature magnifique qui l'entoure, le calme qui règne dans ses prairies, là où il campe avec ses consœurs animales, la majesté des montagnes qui l'apaisent et le réconfortent ; sa brebis qui se fait des soucis pour lui et qui l'aime ; la musique qui lui embaume le cœur et le transporte loin dans la rêverie. J'ai compris cette sérénité devant la Mort. Le berger moldave a transmis tout ce qu'il avait à donner et il sait que les liens d'amour qu'il a établi avec la nature, avec ses brebis, avec la musique resteront vivants. Son testament est justement sa résurrection. Il vivra éternellement par leur biais.
D'autres mythes et légendes très connues en Roumanie m'ont servi pour écrire les contes Le Soleil et la Lune, Voinicel et le serpent, La vieille Dochia et La légende de la Dacie.
Le conte qui porte le titre du livre, Sînzienele ou les Fées de l'amour, est une création à part entière. Je me suis basé sur des traditions populaires, sur des rites religieux orthodoxes et sur des rites païens qui sont encore vivants dans nos villages. J'ai créé deux personnages, deux sœurs, Zina et Rucsandra, qui vivent la naissance du sentiment amoureux, chacune à sa manière, selon son âge.
À travers mon livre, écrit avec énormément de plaisir, je souhaite partager avec les lecteurs ma passion pour l'univers pittoresque traditionnel roumain, magique et envoûtant !

Simona FERRANTE

LA REVUE "CONFLUENCES" DU CONSULAT ROUMAIN À LYON, avril 2017


Autoportrait en miniature
Quelques mots sur moi-même
Je suis née à Timisoara. Après un BAC L, j'ai obtenu une Licence
en Lettre à l'Université de ma ville natale.J'ai travaillé ensuite,
pendant 14 ans, comme professeur de Littérature roumaine.
J'ai quitté la Roumanie en 2002 et je me suis établie en France.
Je travaille depuis à côté de mon mari qui est gérant d'un Café Bar Brasserie à Chambéry. Je
suis impliquée dans la vie culturelle de cette ville que j'aime : notre café-bar est un lieu de rencontre pour les artistes chambériens. Je fais partie des lecteurs du Festival du Premier Roman de Chambéry, pour la section premiers romans en langue roumaine ; pendant 10 ans j'ai servi d'interprète pour les services de police et gendarmerie de Chambéry et d'Aix les Bains ; en tant que correspondant local de presse pour le Dauphiné Libéré local, en 2004 j'ai tenu la rubrique "La rue du commerce" et le "Portrait commerçant".
J'ai toujours été passionnée par la littérature en général et par l'écriture en particulier. J'écris depuis toute petite. Jeune, j'ai publié des poésies dans des revues littéraires roumaines et, en
2014, j'ai autoédité mon premier livre : "Témoignage de l'autre rive".
J'ai une fille, la comédienne Malina Ioana-Ferrante, avec qui j'ai collaboré pour mon deuxième livre sur la correction et l'ajustement des contes.


https://lyon.mae.ro/sites/lyon.mae.ro/files/con...

Auteur concerné :

Simona Ferrante


Paypal  Cartes supportées   Cartes supportées

Nos Auteurs


Agenda

  Accueil Editions | Groupe L'Harmattan | Librairies | Harmathèque | Harmattan TV | Théâtre Lucernaire
  dernière mise à jour : 21 octobre 2020 | © Harmattan - 2020 | À propos | Paiement en ligne | conditions générales de vente et mentions légales | frais de port