Retour accueil - Editions L'Harmattan


Articles de presse

Consécration pour des collégiens qui publient un roman historique

Ils sont fiers, ces collégiens de Villiers-le-Bel (Val-d'oise). Scolarisés en troisième au collège Léon-Blum, un établissement classé en zone d'éducation prioritaire, ils ont écrit une fiction ayant pour toile de fond la seconde guerre mondiale et qu'ils viennent tout juste de publier aux éditions de l'Harmattan (Carnets de bord, Villiers-le-Bel, 1940-1944, 13 euros)
Cette consécration, les apprentis-écrivains la doivent à deux enseignants : Alain Degenne, 52 ans, professeur de français, et Renaud Farella, 29 ans, professeur d'histoire-géographie. Les deux complices ont guidé leurs élèves dans les méandres de l'écriture, organisé des rencontres et des visites utiles à la reconstitution historique des carnets de bord de Charles Joubert. Charles, facteur de son état, amoureux de la jolie maîtresse d'école de Villiers-le-Bel, fait découvrir au lecteur, au fil de sa tournée, la vie quotidienne des Beauvilésois sous l'Occupation.
Les Carnets de bord font partie d'une trilogie dont les deux premiers volumes ont été réalisés les deux années scolaires précédentes. En 2002-2003, des élèves de troisième avaient écrit le journal du père de Charles Joubert, Louis, soldat envoyé à Verdun en 1916. L'année suivante leurs successeurs rédigeaient la correspondance, durant la guerre d'Algérie, de Nicolas Joubert, petit-fils de Louis et fils de Charles, avec son copain algérien Djamel (Lettres croisées, Oran - Villiers-le-Bel, 1961-1962). L'ensemble de la trilogie a été publié par l'Harmattan.
Jeudi 30 juin, les jeunes auteurs sont revenus dans leur ancien collège, malgré les vacances, parler de leur aventure épistolaire. " Le travail, commencé dans les salles de classe dans le contexte d'un enseignement obligatoire, déborde petit à petit hors du temps scolaire parce qu'on y prend plaisir. La publication, c'est le summum ", explique Mimouna, qui a travaillé avec marina sur Lettres croisées Oran - Villiers-le-Bel.
Pour ces jeunes filles, qui passent en classe de première à la rentrée, le livre a été l‘occasion de parler "enfin " de manière positive de leur banlieue. " Les jeunes beauvilésois ne correspondent pas du tout à l'image que les médias en donnent, explique Marina. Une fois, j'ai vu un reportage sur notre collège. Je ne l'ai pas reconnu "

" Dans la peau du personnage "
Grâce à ce travail, Mimouna, d'origine algérienne, a pu parler de la guerre d'Algérie avec ses parents, "un sujet qui restait auparavant tabou ". Marina a découvert que son oncle avait fait cette guerre. " Il ne m'en avait jamais parlé parce que, pour lui, ça avait été l'enfer, explique-t-elle. Mais grâce au livre, il a sorti un dossier, des photos et même son journal d'alors, qu'il gardait dans un petit coffre. "
Christiana, bientôt en terminale, a travaillé quant à elle, sur le journal de Louis Joubert, le soldat des tranchées. " On se glisse dans la peau de personnage, explique-t-elle. Cela nous apporte beaucoup plus que les livres d'histoire. "
Les plus jeunes, qui ont rédigé les carnets de bord de Charles Joubert (1940-1944), sont encore sous le coup de cette aventure. Sophie, 14 ans, évoque la rencontre avec un vieil homme juif qui fut "un enfant caché " durant la seconde guerre mondiale. "La dernière fois qu'il a vu ses parents, c'était à travers les fenêtres d'un autobus ", explique-t-elle. " Je pense que cette expérience a changé la vision antisémite de certains élèves ", ajoute Forbon, 15 ans.
Et puis, pour tous, il y a le plaisir de la reconnaissance : Le journal de Louis Joubert a reçu la mention spéciale du prix du livre d'histoire au Sénat en 2005, Lettres croisées celle du prix René-Cassin 2004 pour la paix. Les carnets de Charles Joubert ont reçu les éloges des historiens Jean-Pierre Rioux et Emmanuel Thiébot. " Grâce à cette expérience, des élèves se sont découverts des talents. J'espère que nos professeurs vont ouvrir d'autres portes aux générations suivantes " conclut Forbon.
Pas de doute là-dessus. Alain Degenne et Renaud Farella ont déjà un<

Martine Laronche

LE MONDE (RUBRIQUE "SOCIÉTÉ", P.10), juillet 2005

CARNETS DE BORD, Villiers-le-Bel, 1940-1944 (2005)

Au Nord de Paris, une petite ville occupée. Le jeune Charles Joubert, facteur de son état, écrit ses carnets de bord. Sentinelle du quotidien, il se fait l'écho des drames, petits ou grands, qui rythment ces années sombres. Les Carnets de bord de Charles Joubert constituent un second volet d'une trilogie centrée sur la famille Joubert et consacrée aux grandes guerres du XXe siècle. Ce remarquable texte rédigé par les élèves, mélangeant roman et fiction, dans lequel rien n'est oublié de cette sombre période, rend quasi réel le destin de ces personnages de fiction.

 




Paypal  Cartes supportées   Cartes supportées

Nos Auteurs


  Accueil Editions | Groupe L'Harmattan | Librairies | Harmathèque | Harmattan TV | Théâtre Lucernaire
  dernière mise à jour : 12 août 2022 | © Harmattan - 2022 | À propos | Paiement en ligne | conditions générales de vente et mentions légales | frais de port